lundi 12 novembre 2012

Prudence avec le récent sondage de la Banque de Montréal (BMO) sur les connaissances financières des Canadiens... et des Québécois.

La Banque de Montréal a récemment rendu public un sondage sur les connaissances financières des Canadiens.  Il s'agit d'une reprise partielle d'une étude similaire réalisée en 2011.

Les résultats seraient révélateurs d'une carence marquée des Canadiens, et plus particulièrement des Québécois et des gens de l'Atlantique.

Le sondage a eu quelques échos dans les médias.

Je ne suis pas surpris de certains résultats pour les Québécois;  un autre sondage récent des Autorités canadiennes en valeurs mobilières faisait un constat similaire sur le faible niveau de connaissances des Québécois, mais aussi de l'ensemble des Canadiens.

J'attire l'attention sur quelques éléments qui devraient être davantage soulignés avant de conclure trop rapidement.  Ces commentaires sont notamment inspirés d'une récente revue de la littérature qui a été faite dans le cadre des travaux de L'Indice Autorité.
  • La marge d'erreur est de 6,9 % pour le sous-échantillon québécois.  Le sondage ne compte que 200 répondants du Québec dont on ignore la langue et la provenance.  Malgré une pondération assurément appropriée, il est évident qu'un tel échantillon est très limité dans sa capacité à refléter la situation d'une population de plus de 7 millions d'habitants.
  • Donner l'occasion à des répondants de s'auto-évaluer conduit souvent à une surévaluation qu'ils font d'eux-mêmes. Je ne suis pas surpris des résultats en ce sens.
  • Administrer le même questionnaire à tous les groupes de l'échantillon pénalise les plus jeunes, surtout dans un test de connaissances.  Le "one fits all" est de plus en plus évité par les spécialistes de la littératie financière.
L'Indice Autorité, qui est évidemment plus ambitieux qu'un tel sondage, tient compte de ces aspects.  Le projet de l'Autorité était par ailleurs de mesurer les connaissances comportementales plutôt que les connaissances théoriques.

En ce sens, le sondage de la BMO, parle davantage pour les Canadiens que pour les diverses régions du pays. Pour celles et ceux qui veulent une copie du rapport du sondage de la BMO, communiquez avec moi.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire